Le contrôle technique d’un véhicule est primordial pour sa circulation. Ceci devrait être fait 6 mois avant la quatrième année de mise en circulation de la voiture pour ensuite être révisé tous les 2 ans. Exceptionnellement, les voitures de collection qui datent plus de 30 ans ne sont confrontées aux visites techniques ou aux contrôles techniques que seulement tous les 5 ans. Le contrôleur technique attribue alors à chaque véhicule des remarques pour des éventuelles réparations et d’autres recommandations nécessaires pour la bonne marche de la voiture et pour assurer une circulation loin des accidents de la route causé par le manque d’entretien ou la défaillance en termes de contrôle technique des voitures.

Le contrôleur technique et sa vie professionnelle

Le métier de contrôleur technique est attribué à une personne étant titulaire d’un CAP en termes de réparations et de maintenances automobiles. Mais il n’est en aucun cas confronté aux éventuelles réparations des véhicules qu’il contrôle. il n’est donc pas un garagiste ou encore moins un mécanicien. Il exerce sa fonction en tant que contrôleur et diagnostiqueur des véhicules agrée par l’Etat et homologué. C’est alors à son devoir de qualifier le contrôle des voitures en fonction des anomalies selon l’examination qu’il ait fait. Ce diagnostic touche alors le moteur, la carrosserie, le réservoir, le freinage, l’allumage et les signalisations ainsi que les autres contrôles possibles mais cela sans démonter la voiture sauf pour des points inaccessibles. Le contrôle est conclu par une vignette suivie de la lettre A sur votre carte grise pour justifier la permission de circulation de votre véhicule en bon état et de la lettre S pour des réparations que vous devrez effectuer au plus vite. En cas d’infraction aux contrôles, une amende controle technique vous sera attribué selon la gravité du cas et cela peut aller jusqu’à 500 euros.